Acceuil

LA PHYTOTHERAPIE, GROSSESSE ET PETITE ENFANCE

 

LA CHARTE ELEMENTAIRE DU PRINCIPE DE PRECAUTION

Le principe de précaution en phytothérapie pendant la grossesse et la petite enfanceLes indications thérapeutiques doivent être clairement énoncés et corrhoborées sur des faits scientifiques préçis et documentés,les études dites en double aveugle ,avec wash out,comparées avec des molécules déjà certifiées et contrôlés par des équipes indépendantes.Les essais animaux ne sont pas toujours transposables à l’homme et  ne sont pas des outils des références,de même les essais in vitro sur des organes isolés ne peuvent être considérés comme exacts,les organes pouvant être altérés par les manipulations et l’organe n’étant pas dans son milieu originel.Toute molécule ou produit agissant dans le régne animal sur l’embryogènèse  doit être exclu,politique de précaution déjà enoncé par le Pr Merklin dès 1963.

Si un produit est privilégié il faut impérativement imposer sa traçabilité,les effets d’annonces ,biologique,naturel,à l’ancienne

ou selon les codes de la tradition sont dans tous les cas alléatoires voire insuffisants.

Les garanties doivent être précisées :

  1. Facilité d’emploi
  2. Stabilité des stocks et vérifier les conditions de stokage et le mode de conditionnement
  3. Contrôles de qualité facilités
  4. Possibilité de manipulation Génétique
  5. Identification botanique simplifiée
  6. Assurances de Bonnes techniques de Moisson
  7. Stabilité des Composants
  8. Etiquetage CLAIR et sans Ambiguité

 

Ces garanties font parties des produits pharmaceutiques qui réduisent  les risques d’utilisations des plantes :

  1. Notification impératives des effets pervers reconnus
  2. Eliminer les plantes à composants toxiques :Apiol,Asarone ,Thuyone,Safrol,Alcaloïdes pyrropizidinniques,lécithines,glycosydes
  3. cyanogénétiqus,lactones sesquiterpéniques etc…..,Tainaisie,Camphre,Chenopodium
  4. Connaître les interactions entre médicaments et plantes médicinales
  5. Eviter de donner en association des  plantes trop nombreuses et parfois à action contradictoire,si deux plantes les donner séparèment
  6. L’automédication doit être encadrée
  7. Eliminer les agents contaminants : bactérien,moisissures,mycologiques,métaux lourds(ex :mercure,cadmium)pesticides,agents de dégradations. Radioactivité,substances animales ou synthétiques

 

Bien que des progrès considérables soient accomplis,la prudence de prescription des plantes médicinales chez la femme enceinte,la femme allaitante et le nourrisson est une règle absolue.

 

AUCUNE PLANTE MEDICINALE NE DOIT ETRE PRESCRITE CHEZ LA FEMME ENCEINTEAUCUNE  PLANTE MEDICINALE NE DOIT ETRE PRESCRITE CHEZ LA FEMME ALLAITANTE(ex :effet sédatif)AUCUNE PLANTE MEDICINALE NE DOIT ETRE PRESCRITE CHEZ LE NOURRISSON DE MOINS DE TROIS MOIS :.LES SYSTEMES MICROSOMIAUX ET ENZYMATIQUES NE SONT PAS MATURES ,EN PARTICULIER  :LE FOIE ,LA BARRIEREMENINGO-ENCEPHALIQUE ET LE REINUNE CORRECTION IMPORTANTE DOIT ETRE PRECISEE CONCERNANT LES HUILES ESSENTIELLES.IL EST PRESICE QUE POURLE MENTHOL,LA LIMITE D’AGE EST DE 8-10 ANS.ETANT DONNE LE CARACTERE CUMULATIF DES HUILES ESSENTIELLES ET DE POTIENTIALITE DE RISQUE EPILEPTOGENE ,ET SPASME DE LA GLOTTE ,LA LIMITE D’AGE DEVRAIT ETRE REHAUSSEE,DANS LA MESURE OÜ LA POSSIBILITE DE RISQUE INTRINSEQUE EXISTE BIEN AU DELA,GUIDE  PAR LES REGLES PHARMACOLOGIQUES DEDE RELATION DOSE-EFFET,QUI LIMITE LA QUANTITE A PRESCRIRE,CAR EN AUGMENTANT LA CONCENTRATION PAR PALIERS  EGAUX ON OBSERVE QUE L’AUGMENTATION DE L’EFFET EST D’ABORD CONSTANTE  PUIS TEND PROGRESSI VEMENT VERS ZERO A MESURE  QUE L’ON SE RAPPROCHE  DE LA CONCENTRATION  ACTIVE MAXIMALE(HEINZ LÜLLMANN ET  KLAUS MOHR).CE QUI IMPOSE A REDUIRE LES DOSES(SUJETS JEUNES OU AGES) ET LIMITER LE TEMPS DE PRESCRIPTIONS  ET SE LIMITERA UNE AFFECTION CLAIREMENT ENONCEE ET DONT LA REPONSE AU TRAITEMENT PROPOSEE EST TOTALEMENT SUPERPOSABLE  AUX PATIENTS PRESENTANT LES MÊMES.

Tableaux interaction Femme Enceinte

CONCLUSIONS PARTIELLES DES INDICATIONS DES PLANTES MEDICINALES CHEZ LA FEMME ENCEINTE ET L’ENFANTSEULE COMPTE L’EXACT TRACABILITE DES PLANTES ET DE LEURS CONNAISSANCES PARFAITES.TOUTES PLANTES ETRANGERES SANS CRITERE DE CONVERGENCE ET D’ETUDE CROISEE DOIVENT ÊTRE ECARTEESQUELQUE SOIT L’ESPECE ANIMALE CHEZ QUI LA PLANTE PROVOQUE DES TROUBLES DE L’EMBRYOGENESE,DOITIMPOSER UN DEVOIR DE RESERVE ET D’ABSTENTION D’UTILISATION.LA MODELISATION D’ESSAIS TOXICOLOGIQUES DE TYPE PUCE ADN EST ELEGANTE  MAIS NE REPRODUIT PAS AVEC EXACTITUDE DES ORGANES DANS LEUR MILIEU ET N’EST PAR CONSEQUENT  QU’UNE REPONSE PARTIELLE DE CEUX-CI  DANS UN MILIEU DIFFERENT DU SUBSTRAT BIOLOGIQUE VIVANT  ET QUE CETTE REPONSE IMPARFAITE  NE PEUT ETRE SATISFAISANTE  POUR DES ESSAIS ET PREUVES THERAPEUTIQUES  AVEC DES PLANTES MEDICINALES  QUI SONT PAR DEFINITION  DES MOLECULES  COMPLEXES.

Acceuil